Le théier ou Camellia sinensis, l’arbre de tous les thés

Camellia sinensis

Pour tous les thés, une seule et même plante! En effet, tous les thés sont réalisés à partir des feuilles d’une plante appelée théier ou camellia sinensis de la famille des Théacées (en botanique le genre est donc camellia et l’espèce sinensis).

Quelle plante est utilisée pour produire le thé ?


Le thé est fabriqué à partir des feuilles du camellia sinensis, que l’on a pris l’habitude d’appeler théier.

Sinensis signifie que l’espèce a été découverte par les botanistes européens en Chine. Le genre Camellia quant à lui remonte à 1737. Ce nom fût donné par Charles Linné en hommage au père Georges Joseph Kamel qui aurait ramené le premier camellia en Europe.

Il est très facile de croiser des camellia dans toute l’Europe. L’espèce la plus courante est japonica (découverte au… Japon 😊). C’est cette espèce qui fût en premier lieu importée dès le 18ᵉ siècle par les Britanniques, espérant ainsi produire du thé. Malheureusement, ils durent se rendre vite à l’évidence que les feuilles étaient très différentes de celles du camellia sinensis. Qu’importe, le camellia japonica ainsi que d’autres espèces (sasanqua, saluenensis, reticulata…) sont vite devenus la coqueluche des jardiniers grâce à leurs magnifiques floraisons. 

Une plante, plusieurs sous-espèces et hybrides


Trois grandes sous-espèces sont cultivées pour le thé: le camellia sinensis sous-espèce sinensis, le camellia sinensis sous-espèce assamica et le camellia sinensis sous-espèce cambodiensis. De ces sous-espèces sont obtenus des hybrides par les sélections et les techniques de bouturage, marcottage, greffage…

Un théier pour du thé noir, du thé vert ?


En théorie, n’importe quel thé peut être produit à partir du camellia sinensis. Ce sont les transformations des feuilles qui permettront de produire du thé blanc, du thé vert, du thé noir, etc.

En pratique, on fera appelle à des sous-espèces qui conviendront mieux pour une couleur de thé. Ainsi, la sous-espèce sinensis est souvent utilisée pour les thés verts, l’assamica plutôt pour les thés noirs et les puerh…

Et comme toute culture, l’homme a développé et sélectionné des cultivars afin de faire ressortir telle ou telle caractéristique selon le type de thé désiré. Selon le type de sol, l’altitude, le type et la saison de la cueillette, le producteur s’intéressera à telles ou telles variétés et hybrides de théier.

Depuis les années 60, de nombreux pays producteurs se sont lancés dans la recherche de nouveaux cultivars. Plusieurs nouveaux théiers ont ainsi vu le jour et sont cultivés à grande échelle, car ils ont des capacités de rendement, de saveurs ou de résistance au climat. La Chine, l’Inde, le Japon ou Taïwan ( pour ses thés oolongs) sont quelques exemples de pays très actifs dans la recherche.

Théier, feuille de thé avec bourgeon et une feuille

Le théier est-il un arbuste ou arbre ?


Vous avez sûrement vu des images de cueillette de thé au milieu de champs de théiers ne dépassant pas les 1,5 m de hauteurs. Ceux-là ont été taillés au fur et à mesure de leur croissance et après chaque récolte pour faciliter la cueillette des feuilles.

Sans intervention humaine, le théier peut atteindre la taille d’un arbre de 10 à 15m de hauteur. Il existe même des cueillettes traditionnelles uniquement sur des arbres dans des ethnies des montagnes du Triangle d’or (Yunnan, Thaïlande, Birmanie, Laos, Vietnam. On peut ainsi retrouver des productions de thé à partir de grands arbres.

Dans quels pays pousse le théier ?


Quel que soit le lieu où il pousse, le théier a besoin d’humidité, de chaleur et de soleil (de préférence voilé, peu de rayons directs) et d’un terrain acide et bien drainé. Il peut résister aux grands froids (cas des théiers d’altitudes). D’une manière générale, il ne peut pousser dans un environnement trop sec et désertique.

Originaire du Triangle d’or, le théier s’est répandu dans un premier temps exclusivement en Asie (Chine, Thaïlande, Vietnam, Laos, Birmanie, Corée du Sud, Japon, Taïwan) grâce aux échanges culturels et agricoles.

À partir du 19ᵉ siècle, il s’est implantée dans les colonies occidentales asiatiques (Inde, Népal, Indonésie, Sri Lanka, Bangladesh) puis africaines (Kenya, Malawi, Ouganda, Burundi, Tanzanie, Mozambique, Rwanda, Zimbabwe, Éthiopie, Cameroun, Congo, Île Maurice, Zambie, Madagascar, Mali, Afrique du Sud) ainsi que d’autres pays du Moyen-Orient et de l’Europe (Iran, Turquie, Géorgie, Azerbaïdjan, Portugal, Russie, Monténégro ) et d’Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Guatemala, Panama, Pérou, Équateur, Bolivie, Colombie).

Implantées récemment ou de longues dates, il existe également des plantations plus modestes en Australie, France, Canada, Allemagne, Nouvelle-Zélande, États-Unis, Royaume-Unis.

Le thé pousse en France


Des passionnés de thé se sont lancés dans l’aventure de la culture du thé. En Bretagne, dans les Pyrénées, dans les Cévennes, dans le Perche, plusieurs plantations voient le jour et des micro-productions apparaissent. Affaire à suivre !

Où acheter un théier en France ?


Le jardin Filleule des Fées propose plusieurs cultivars de thé à la vente sur leur site. Les caractéristiques de chaque variété sont bien décrites : origine, adapté pour quelle couleur de thé, résistance, productivité, etc.

À lire également :

7 Commentaires sur “Le théier ou Camellia sinensis, l’arbre de tous les thés

  1. Guest dit:

    Bonjour,

    merci pour la réponse, parce que je savais que le nom botanique, donné dans le 1935 pendant le VI Congres International de Botanique, est: « Camellia Sinensis (L) O. Kuntze » que signifie:
    -(L) = Linneo là première personne qui l’a classifie
    – O. Kuntze = qui l’à découvert

    Famiglia: Teacee
    Genere: Camelliacee (circa 150 specie)
    Specie: Sinensis (= China)

    Donc il y a le sous espèces: camellia sinensis sinensis, le camellia sinensis assamica et le camellia sinensis cambodiensis.

    Barbara

  2. cyriladmin dit:

    Je vous confirme: le thé est seulement issu de l’espèce camellia sinensis.On a ensuite 3 sous espèces: camellia sinensis sinensis, le camellia sinensis assamica et le camellia sinensis cambodiensis. On réalise plusieurs hybrides à partir de ces sous espèces.Cordialement.

  3. Guest dit:

    Bonjour,
    je voudrais miex comprendre.
    Les plants Assamica et Cambodiensins sont sour-espèce comme la Sinsensi où sont Hybrides.
    Parce que je pensé qu’il y avait seulement une sous-espèce et que les autres ils étaient hybrides.

    Merci bien pour la reponse et excuse moi pour mon français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.