Le roulage

Cette étape, qui se déroule immédiatement après le flétrissage, déterminera la forme finale de la feuille.

Les roulages les plus courants sont ceux dans le sens de la longueur de la feuille. Elle pourra aussi être roulée en boule comme certains oolongs ou thés rouges.

Le roulage mécanique à l’aide d’une rouleuse (photo d’illustration) est le plus fréquent. Le roulage à la main est très rare sauf dans le cas du thé puerh où après le Sha Qing (chauffage des feuilles à très haute température), les feuilles sont pressées manuellement.

Cette étape est cruciale car elle permet aux cellules des feuilles de se briser et d’exposer à l’air les enzymes qui agiront pour l’étape d’oxydation.

Seuls les thés blancs ne subissent pas de roulage pour leur fabrication.

L’étape qui suit le roulage des feuille est l’oxydation.

Une réaction à “Le roulage

  1. Bonjour,

    Sur la page « le roulage » :
    au lieu de « fermentation » sur cette page, il vaudrait mieux utiliser « oxydation » pour plus de clarté. Aussi je mettrais à la place de « libérer les huiles essentielles » plutôt « libérer les enzymes ».
    MS qv.-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.