Les trois Dynasties

Banquet sous la dynastie Song

Berceau du thé, la Chine est également le lieu où différentes méthodes de fabrication et d’infusion ont été imaginées. 

La cour impériale et les dynasties associées ont joué un énorme impact sur les objets utilisés et les manières d’infuser les feuilles de thé. On distingue trois grandes périodes de la préparation du thé qui ont dominé en parallèle avec trois grandes dynasties de l’Empire chinois.

La période classique (Dynastie des Tang 618-907)


La dynastie des Tang est marquée par un essor culturel remarquable, alors que l’Empire est en pleine expansion grâce aux progrès agricoles et commerciaux. A cette époque, le thé n’est plus seulement une boisson médicinale mais devient également appréciée pour son goût. Conservées sous forme de brique ou de galette compressée, les feuilles sont émiettées et infusées avec d’autres ingrédients pour en faire une sorte de soupe salée.

C’est sous la dynastie Tang que l’on vit rédigé le premier ouvrage traitant du thé, le Ch’a Ching ou Classique du Thé. Son auteur, Lu Yu (733-804), marqua profondément la culture chinoise et son ouvrage devint une référence au cours des siècles.

Durant cette période, la religion participa activement à l’expansion du thé. Le bouddhisme Chan s’appropria cette boisson qui permettait aux moines de rester éveiller durant les longues séances de méditation.

La période romantique (Dynastie Song 960-1279)


Une nouvelle méthode de préparation du thé fait son apparition. Toujours à partir du thé compressé, on broie les feuilles afin d’obtenir une poudre à laquelle on ajoute de l’eau: c’est le Dian-Cha, l’ancêtre du matcha japonais.

En parallèle, la céramique chinoise connaît un grand essor et une grande diversité: bols en céladon, porcelaine qinbai, vaisselle jian sombre (pour faire ressortir la couleur claire du thé fouetté), bols blancs ornementés de motifs floraux, petites coupes coniques…

La période naturaliste (Dynastie Ming (1368-1644)


L’Empire chinois connaît de nombreuses invasions mongols au 13ème siècle ce qui engendra l’effondrement de la dynastie Song et l’essor culturel qui l’accompagnait. Durant la dynastie mongole Yuan (1271–1368), la préparation du thé se limite au strict nécessaire (cette boisson était considérée comme un simple complément alimentaire pour cette dynastie de nomades)

La dynastie Ming (1368-1644) apporte un changement majeur quand à sa préparation. En effet, le premier empereur Hongwu, issu de la paysannerie, fut opposé à toute forme de rituel ancien. Il décréta en 1391 une limitation de la production du thé compressé au profit du thé en vrac.

Dès lors, de nouvelles méthodes et cérémonies de préparation virent le jour à partir cette fois ci du thé en feuilles entières infusées dans de l’eau chaude, tels que nous pratiquons aujourd’hui.

Parallèlement, la céramique évolue et la simplification de la préparation du thé voit le développement des théières et des porcelaines claires (Jingdezhen).

La dernière dynastie Qing (1644–1912) apporte aussi son lot de nouveautés avant le grand boom de l’industrie mondiale du thé: développement du thé noir au milieu du 17e siècle, démarrage du commerce avec l’occident, production toujours aussi variée de céramiques aux vernis colorés…

Liens: Tang dynasty life, Tea Drinking In The Tang Dynasty, The Tang Dynasty Brings a New Sophistication to Tea Drinking in China, Tea During The Tang Dynasty, How ancient China took its tea, Tea culture in Tang Dynasty, The Song Carry on the Refined Tea Etiquette, Tea Drinking in Chinese Song Dynasty, What are Compressed Teas?, Teaware Used for Dian Cha Method, The Song Dynasty: Typical Teawares, A Cultural History Of Tea In China, Loose-leaf tea period, The Qing-Manchu Dynasty, The Origin of Loose-leaf Tea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.