Long Jing, haut lieu du thé vert chinois

Long_Jing

Long_Jing

C’est proche de la ville d’Hangzhou que l’on atteint les collines verdoyantes de Long Jing. Au bout de la route sinueuse, plusieurs plantations et villages

travaillent le thé vert le plus renommé de Chine. Essayons dans cet article de décortiquer les raisons d’un tel succès.

 

 

Village et plantations de Long Jing

Des plantations proches de Hangzhou

En à peine une heure de route, on est surpris de la proximité des plantations avec cette grande ville, capitale du Zhejiang, qui est depuis des siècles un centre culturel et économique d’importance. Dans un grand pays tel que la Chine, cette proximité entre activité économique et lieu de culture du thé est assez exceptionnelle.

 

 

 

 

Séchage des feuilles de Long Jing

Fabrication particulière des grands crus

Les meilleurs crus de Long Jing proviennent de feuilles récoltées entre le 20 Mars et le 20 Avril. Plus la récolte a lieu tôt, meilleure sera la qualité. La récolte consiste en la cueillette d’un bourgeon et de 2 feuilles. Les étapes suivantes, le flétrissage et le séchage, sont soignées et caractéristiques: les feuilles sont aplaties contre le wok afin de prendre un forme plate mais sans être cassées.

Les parfums qui se dégagent de l’infusion sont très particuliers pour un thé vert. La liqueur est moelleuse et, lorsque les feuilles sont fraiches, les arômes de torréfaction se lient agréablement aux notes végétales.

 

Un thé entouré de légendes

L’empereur Qianlong (1711-1799), durant une visite d’inspection de la ville d’Hangzhou, apprécia grandement le spectacle des cueilleuses de thé dans les collines de Long Jing. Il se mit à cueillir lui même quelques feuilles. Dans le même temps, on lui apprit que sa mère gravement malade tenait à le voir immédiatement. Arrivé à Pekin, sa mère lui fit remarquer le parfum agréable qui émanait de sa tunique. En sortant les feuilles qui s’étaient applaties, elle lui demanda de réaliser une infusion. La liqueur lui plut énormément et sa maladie fut guérie au fil des jours et des tasses bues. Qianlong décréta alors les theiers, dont provenaient les feuilles, thé imperial comme il était d’usage pour d’autres thés de renoms consommés à la cour.

 

 

Plantation de Long Jing

Une autre légende entoure les sources d’eau qui sortent du creux des montagnes: un dragon bienveillant, tapis au fond d’un puit, veillerait à ce que le temps soit clément pour les paysans. Le temple du Dragon est d’ailleurs présent sur les lieux, sa construction remonterait à 1700 ans en arrière!

 

 

 

Rencontre avec un producteur de Long Jing

Il n’existe pas à l’heure actuelle de label d’origine pour le thé Long Jing. Il peut provenir de cette aire très restreinte que j’ai parcourue, à l’ouest du Lac de Hangzhou (appelé Xihu ou lac de l’ouest en chinois – 西湖) ou bien d’autres régions du Zhejiang ou de Chine. Le Long Jing de printemps que nous vous proposons par exemple cette année est distant de 100km de Hangzhou.

 


A lire également: Longjing Tea of the West Lake (anglais) / Hangzhou et le thé Longjing

 

 

 

Cet article appartient à la rubrique Le Blog. Sauvegarder le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>