Le café banni dans l’espace au profit du thé

By NASA - https://twitter.com/AstroSamantha/status/594910190287396865/photo/1, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=40002974

Un évènement majeur vient d’être révélé en toute discrétion par l’ESA (Agence spatiale européenne): depuis décembre 2019, après l’eau, seul le thé peut être consommé dans l’ISS (Station spatiale internationale) tandis que le café y est désormais strictement interdit.

L'ISSpresso de la station spatiale internationale

C’est une histoire qui va encore alimenter l’éternelle opposition entre les partisans du thé et ceux du café. Tout commence en 2014 lorsque l’Agence spatiale italienne projette la création d’une machine à café pour l’ISS, en partenariat avec l’entreprise Lavazza. Après de nombreux tests et essais sur Terre, l’ISSpresso embarque en 2015. C’est l’astronaute italienne Samantha Cristoforetti qui sera la première humaine à consommer un café dans l’espace le 3 mai 2015.

C’est donc une réussite technologique exceptionnelle qui va améliorer le quotidien des équipages de l’ISS.

Tachycardie et expresso


L’ISSpresso rencontre un réel succès dans les années qui suivirent pour ces astronautes en quête d’une boisson réconfortante, véritable pause et moment de détente au milieu de leurs journées surchargées.

Seulement voilà, les médecins, diététiciens et scientifiques n’avaient pas du tout anticipé les conséquences insidieuses qui s’installèrent dans la station.

Ainsi, lors de la mission n°60 qui démarra le 20 juillet 2019, un nouvel astronaute italien Luca Parmitano, grand amateur de café et DJ à ses heures perdues, se mit à consommer des doses trop importantes jour après jour. Irritation, perte de sommeil, stress, les effets néfastes de la caféine empirèrent de jours ou en jours sans que personne autour de lui ne détecte quoi que ce soit. Le drame survint le 15 novembre lors d’une sortie extra-véhiculaire (EVA). Ce jour là, Luca devait réparer avec l’astronaute Andrew Morgan un spectromètre alpha-magnétique. Les mains tremblantes et moites, l’Italien perdit ses moyens et, voulant serrer un boulon de diamètre 10, fit tomber violemment son outil sur le détecteur d’anti-matière, rendant ainsi inutilisable une machine à plus de 8 millions d’euros.

Une enquête fut aussitôt diligentée par la NASA pour comprendre les raisons de cet incident. On découvrit dans l’historique du ISSpresso que, le matin de la sortie, Luca avait consommé 15 ristrettos sans sucre!

Il n’en fallut pas plus pour que l’ESA et la NASA interdisent strictement la consommation de café dans la station.

Le thé qui stimule sans énerver


L’ESA entreprit alors une batterie de tests pour vérifier si également le thé pouvait avoir des conséquences néfastes dans l’espace. C’est la mission que réalise actuellement le Japonais Soichi Noguchi qui a embarqué dans l’ISS le 16 Novembre 2020. Il a ainsi rapidement transformé l’ISSpresso en ISSteapot et propose une carte assez variée de différents thés à ses collègues qui se régalent de thés noirs, thés verts et quelques thés oolongs. Les premiers résultats médicaux sont arrivés semaine dernière prouvant l’excellente santé de toute l’équipe avec également une amélioration de la concentration ce qui est essentiel pour tout astronaute.

Le futur astronaute Thomas Pesquet qui doit faire parti du prochain équipage le 20 avril 2021 pourra normalement se délecter de plusieurs thés présents dans la station. Longue vie au thé dans l’espace !

Sources:

Article sur l’ISSpresso sur le site de Gentside

Profil de Samantha_Cristoforetti sur le site de l’ESA

Profil de Luca Parmitano sur le site de l’ESA

Waiting for the Alpha Magnetic Spectrometer

Profil de Soichi Noguchi sur le site de la NASA

Cet article appartient à la rubrique Le Blog. Sauvegarder le lien.

Une réaction à “Le café banni dans l’espace au profit du thé

  1. De telles absurdités ne manquent jamais de me sidérer !
    Comment des ” scientifiques ” peuvent-ils ignorer les effet délétères du café ?
    D’ailleurs, est-ce qu’on nous dit tout ? L’imprudent Luca Parmitano n’a-t-il pas couru un risque d’hypertension qui aurait pu lui être fatal en milieu à faible pesanteur ?
    Merci à vous, Chère Terre des Thés, pour cette information circonstanciée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.